The Legal 500

Paris 2014

Classement

Après une année 2013 difficile et tendue, dans la filiation des années précédentes, le 1er semestre 2014 a été perçu par beaucoup de cabinets comme un véritable rayon de soleil au plan transactionnel; un cabinet osant même déjà qualifier 2014 ‘d’année exceptionnelle’.

Cependant, l’optimisme reste mesuré. La reprise transactionnelle n’a pas encore réussi à effacer les réticences et une certaine méfiance demeure. Au plan macroéconomique, la croissance est restée nulle en France au premier trimestre 2014 et les chiffres du chômage ne se sont pas améliorés. Mais surtout, la crise traversée par les cabinets d’avocats a laissé des traces; le business modèle des cabinets et la façon d’exercer le métier d’avocat ont été fortement impactés.

De ces dernières années, beaucoup en ont tiré la conclusion que le marché français ne serait plus jamais ce qu’il a été, quand la pression sur les honoraires continue de fonctionner comme une piqûre de rappel. Deux grandes figures du barreau parisien ont d’ailleurs résumé leur perception de la situation de la manière suivante; ‘le métier d’avocat est une profession qui souffre, on travaille plus pour gagner moins’, ‘le véritable challenge est de survivre’.

La survie obéissant aux lois de l’évolution, les cabinets tentent de s’adapter et vont chercher la croissance en Afrique, à l’international, et même en province et dans les DOM-TOM pour les cabinets français de moyenne taille. Dans les grandes firmes, l’accent est également mis sur l’ingénierie juridique et les équipes pléthoriques, notamment en matière bancaire et financière, sont en voie de disparition.

A contrario, les boutiques à fort intuitu personae de haute qualité sont un modèle très en vogue. Parmi les récentes créations, l’exemple le plus marquant est probablement la constitution de Three Crowns LLP dans le domaine de l’arbitrage. Boutique internationale établie à Londres, Paris et Washington DC, le cabinet compte parmi ses membres fondateurs quelques-uns des plus grands noms de l’arbitrage, dont deux anciens associés du bureau parisien de Freshfields Bruckhaus Deringer LLP, Jan Paulsson et Georgios Petrochilos, ainsi que Todd Wetmore qui était chez Shearman & Sterling LLP.

Dans le domaine des procédures collectives et du contentieux, Maurice Lantourne, qui exerçait auparavant au sein de Willkie Farr & Gallagher LLP, a repris son indépendance et fondé Lantourne & Associés. Enfin autre boutique à suivre de près; Cabinet Fréget – Tasso de Panafieu qui correspond à l’association d’Olivier Fréget, ancien patron de l’équipe de droit de la concurrence d’Allen & Overy LLP, et de Charlotte Tasso-de Panafieu qui était auparavant chez LexCase.

A noter également, la création de Dunaud Clarenc Combles & Associés par trois avocats fortement expérimentés, anciennement associés chez August & Debouzy et Winston & Strawn LLP; et enfin les boutiques contentieuses Meridian, constitué par des anciens de De Gaulle Fleurance & Associés, et Chemarin & Limbour, qui a été fondé par deux anciens associés de DS Avocats.

En dépit de la reprise transactionnelle, le contentieux, l’arbitrage et les procédures collectives restent, avec le droit social et le droit fiscal, des domaines d’expertise fortement sollicités – en droit social par exemple, l’un des grands acteurs du marché a observé une augmentation de 40% de son chiffre d’affaires en 2013 à partir d’une base déjà très mûre et profitable.

Les dossiers de restructuration et de procédures collectives sont devenus le pain quotidien d’une majorité de cabinets d’avocats. Le niveau d’activité contentieuse est également très élevé; les dossiers soulèvent des enjeux financiers et stratégiques majeurs, font de plus en plus l’objet d’enquêtes pluri-juridictionnelles et ont pour protagonistes des grands groupes ou des banques à qui on demande des comptes quant aux produits financiers distribués. Les pénalistes ont aussi le vent en poupe et plusieurs recrutements notables d’anciens associés de Metzner Associés par Allen & Overy LLP et Hogan Lovells (Paris) LLP sont à souligner.

L’arbitrage est probablement l’une des matières qui a connu le plus de grands mouvements d’avocats ces dernières années. Entre 2013 et 2014, le marché a assisté à l’apparition de nouveaux acteurs de premier plan; Three Crowns LLP, Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan, LLP et Brown Rudnick LLP. Parmi les grandes firmes, des recrutements d’envergure ont également été effectués par Linklaters LLP et Clifford Chance, deux cabinets assez discrets dans ce domaine qui sont devenus en l’espace d’une année des acteurs incontournables.

Enfin, parmi les cabinets les plus dynamiques du marché en matière de recrutements, il faut noter l’activisme de DLA Piper, King & Spalding LLP, Bryan Cave LLP et K&L Gates LLP.

Les nouveaux entrants du marché restent anglais et américains. Osborne Clarke et Brown Rudnick LLP ont ouvert leur bureau parisien en 2013, ainsi que Speechly Bircham, cabinet anglais de référence en matière de wealth management qui regroupe une douzaine d’avocats issus de STC Partners et de PDGB. La firme nord américaine Cohen & Gresser s’est établie à Paris en février 2014 en accueillant Johannes Jonas qui exerçait au sein de Dentons.

Enfin le marché international demeure très actif. Les grandes fusions de cabinets sont toujours d’actualité. A l’été 2013, le cabinet asiatique King & Wood a fusionné avec SJ Berwin. King & Wood Mallesons SJ Berwin, c’est ainsi plus de 2 700 avocats répartis dans 30 bureaux à travers le monde. A noter également, le récent rapprochement de Squire Sanders et Patton Boggs. La nouvelle entité Squire Patton Boggs devrait rassembler quelque 1600 avocats exerçant dans 45 bureaux et 21 pays. Enfin, les grandes firmes anglo-saxonnes continuent à former des alliances et à ouvrir des bureaux, en Asie, en Australie et en Afrique.